Ignorée de tous… sauf du public

Quinze ans de fiction télévisée française : 1995 - 2010

Noël BURCH et Geneviève SELLIER

Collection : médias histoire

 

Les téléfilms français de ces quinze dernières années sont certainement parmi les objets culturels les plus méprisés et les plus méconnus des tenants de la culture cultivée, alors que leur public oscille, selon les chaînes, entre 2 et 5 millions de téléspectateurs.

Inscrite dans la tradition du cinéma populaire que la France a connu entre 1930 et le milieu des années 1950, cette activité cinématographique constitue un des secteurs les plus fertiles de la production française.

S’éloignant des grandes traditions littéraires et théâtrales, dont les dramatiques des années 1960-1970 étaient restées proches, les téléfilms produits par les chaînes publiques et privées, sont d’une grande clarté narrative où l’histoire se déroule le plus souvent « à côté de chez vous », et accordent une place centrale aux rapports sociaux. Sous le règne de la ménagère de moins de 50 ans, il s’agit principalement des rapports entre les sexes articulés avec les rapports de génération, de classe et plus rarement de « race » exprimés dans la sphère privée ou dans la sphère publique et/ou professionnelle.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir du visionnement d’un corpus large de téléfilms français contemporains (environ 400  diffusés entre 1995 et 2010), les auteurs analysent les thématiques récurrentes de ces fictions  regroupées par genre : du mélodrame à la comédie de mœurs et à ses déclinaisons en comédie dramatique, de boulevard, chronique familiale ou chronique sociale, de la fiction historique aux adaptations littéraires et des biopics aux policiers.

Pour la première fois, ils donnent une visibilité culturelle à cet ensemble de fictions regardées par un public large et fidèle pour qu’il ne soit plus… ignoré de tous.

 

Auteurs :  

Noël BURCH a réalisé une vingtaine de documentaires en Angleterre et en France. Après une dizaine d’années passées à enseigner théorie et histoire du cinéma aux universités Paris 3 et Lille 3, il est revenu à sa vocation première de cinéaste et d’écrivain. Il est notamment l’auteur de Praxis du cinéma (1969), Pour un observateur lointain (1983), La lucarne de l’infini (1989) – Prix Jean Mitry, La drôle de guerre des sexes du cinéma français 1930-1956 avec Geneviève Sellier (1996) – Prix du Syndicat de la critique cinématographique et De la beauté des latrines, pour réhabiliter le sens au cinéma et ailleurs (2007).

 

Geneviève SELLIER,  agrégée de Lettres modernes, est professeure en études cinématographiques à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; elle a publié notamment Jean Grémillon, le cinéma est à vous (Klincksieck, 1989), La drôle de guerre des sexes du cinéma français 1930-1956 avec Noël Burch (Nathan, 1996 ; réed. 2005 Armand Colin), La Nouvelle Vague, un cinéma au masculin singulier (CNRS éditions, 2005), Le cinéma au prisme des rapports de sexe avec Noël Burch (Vrin, 2009). Elle est membre de l’Institut Universitaire de France.

 

Editeur : Ina Editions

Distributeur : Belles Lettres Diffusion Distribution

Date de parution : 11 avril 2014

Nombre de pages : 318

ISBN : 978-2-86938-213-8

Prix public : 20 €

Lien  éditeur : http://www.inatheque.fr

Lien distributeur : www.bldd.fr