De l'irrévérence en télévision


La télévision française s'est longtemps caractérisée par un certain conformisme, sans exclure, toutefois de fréquents sursauts d'originalité dans le ton et le style, qui seront mis en scène et en images par l'Ina et Olivier Barrot.

Humour, impertinence et élégance mais aussi chauvinisme ou autodérision seront au menu des quatre soirées de ce cycle, nourri d'extraits d'émissions en tout genre issues des collections de l'Ina.

Réunis autour d'une personnalité ou d'un thème, des grands témoins donneront à voir quelques facettes d'un télévision qui joue, pour le meilleur et pour le pire, à refléter notre société.

 

1ère seance :  "Insolences"

2ème séance : "Le sport, terrain de tous les excès splendeur et sottise"

 3ème séance : "Jean-Loup Dabadie, le mélancomique"

4ème séance : "Trois pionnières, Denise Glaser, Eliane Victor, Daisy de Galard"


au cinéma Beauregard ex Etoile Saint-Germain-des-Prés
22, rue Guillaume Apollinaire - 75006 Paris



Prochaine rencontre mardi 16 avril 2019 à 20 heures

 

"Trois pionnières, Denise Glaser, Eliane Victor, Daisy de Galard"

au cinéma Beauregard ex Etoile Saint-Germain-des-Prés

22, rue Guillaume Apollinaire - 75006 Paris

Entrée libre sur inscription : inatheque@ina.fr

 

Lundi 18 mars à 20H  : "Jean-Loup Dabadie, le mélancomique"

Une soirée dédiée à ce magicien du verbe, pour éclairer les multiples facettes de son talent d'auteur qui s'est déployé à travers la chanson, le cinéma, le théâtre ou la télévision. Et c'est avec le sourire et la malice de celui qui ne déteste pas l'irrévérence que Dabadie, élu à l'Académie française, est devenu un classique de notre époque.

 

 

 

 


 

Jeudi 7 février à 20H : "Le sport, terrain de tous les excès splendeur et sottise"

 

 

Comme toute activité humaine susceptible de se muer en spectacle, le sport suscite les passions et leurs excès, le chauvinisme étroit, le nationalisme obtus, mais aussi l’émerveillement et la beauté. D’abord passe-temps élitaire, il est devenu profession rémunérée, ce qui ne retire rien à l’amour qu’on lui porte partout : n’a-t-il pas, grâce à la télévision, supplanté le cinéma comme loisir universel ?

En 3 thématiques chargées d’images (Politique, Allez France !, La beauté du geste) et en compagnie de 4 témoins, nous débattrons des enjeux et des souvenirs : émotion assurée !

  • Maryse EWANJÉ ÉPÉE, athlète, consultante

  • Philippe BRUNEL, journaliste à L’Équipe et écrivain

  • Chrystelle BONNET, journaliste à L’Équipe Magazine

  • et Fabien ARCHAMBAULT, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université de Limoges



 


Mardi 9 octobre à 20H :  "Insolences"

 

 

 

Une soirée pour revoir les impertinences que la télévision s’est parfois autorisée, provoquant les grands de ce monde ou titillant le « Français de la rue », émaillée d'images d’archives de tout poil venues de « La Boîte à sel » ou de la « Nuit des Molières », du « Petit Rapporteur » ou de « Palace », des « Raisins verts » ou des « Shadoks », sans oublier les grandes heures de l’« esprit Canal »…

 
En compagnie de :

  • Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point des Champs Elysées, mais aussi acteur, dramaturge metteur en scène, réalisateur… revendiquant la fantaisie subversive

  • Bruno Gaccio, humoriste, scénariste et producteur de télévision qui a formé puis dirigé l’équipe des rédacteurs des “Guignols de l’Info” sur Canal +

  • René Bonnell, fondateur du Studio Canal +, créateur et directeur de la politique cinéma de Canal+

  • Pierre Leroux, chercheur au centre de Recherche sur l’action politique en Europe (CNRS/Rennes) et professeur d’université,

  • Pascal Ory, historien et professeur d’université